Comment choisir sa cellule phono, MM ou MC ?

Deux typologies principales de cellules sont à différencier : les MM (Mouving Magnet) et les cellules MC (Mouving Coil).

Les MM / mouving magnet (traduit aimant mobile) sont les plus répandues, ces gammes sont accessibles en débutant autour de 30€ et allant au dessus des 700€. Le niveau de sortie < 2mV permet de fonctionner avec la plupart des pré-amplificateurs. La plupart de ses équipements permettent de changer uniquement le diamant lors du renouvellement, une durée de 600 à 800 heures d’écoute dans un usage optimal est envisageable, ensuite, le taille du diamant s’use et la précision diminue jusqu’à devenir lisse.
Les MC / mouving coil (traduit bobine mobile) seront montées avec un cantilever plus fin qui aura plus de détails, celles-ci commencent à partir de 300€ pour ne plus s’arrêter (plus de 10k€ pour certaines). Il faudra faire preuve de plus de minutie dans l’usage de la cellule qu’avec une MM. Les cellules MC ont un niveau de sortie inférieurs, < 0.5mV pour une bas niveau et > 2mV pour une haut-niveau. Les modèles de MC bas niveau nécessitent donc un pré-amplificateur adéquate, les intégrés aux amplis (souvent de conceptions décevantes) ne permettent que rarement de s’adapter à cette typologie.

Le plus important reste la cohérence avec le bras (tonearm) de la platine vinyle, l’idéal est de trouver la bonne fluidité (maitrisée)  de la cellule sur le sillon avec la force d’appui (tracking force) préconisée par la marque. En fonction du poids du bras, il faudra donc une souplesse horizontale plus ou moins importante fédérée par le poids de la cellule et la suspension du cantilever, mesurée en mm/Newton (identique à µm/mN) entre 5 et 50 mm/N, appelée amortissement dynamique ou compliance latérale. De la même manière que l’anti-skating permet de régler la « rigidité » du pivot horizontal du bras exerçant une force contre l’inertie de friction du diamant dans le sillon.

Il est donc nécessaire de connaitre la masse effective du bras (cela peut se calculer mais reste assez compliqué), voici les classifications:

  • Bras « léger » : < 8g, sélectionner une compliance > 20mm/N.
  • Bras « moyen » : 10 < 20g, sélectionner une compliance 10 < 30mm/N, (14<20 si possible).
  • Bras « lourd » : > 25g, sélectionner une compliance < 14mm/N.

Voici quelques exemples :

  • Rega RB220 / RB330 : < 11g.
  • Jelco SA-250 : 13.4g.
  • REGA RB200 (fabrication ACOS) : 16g.
  • SME 3009, dépend de sa version : Série II classique 14g / Série II Imp 6.5 / S2 Imp 9.5g.

 

Ensuite, intéressez-vous évidement à la répercussion sonore de la cellule sur votre matériel. En fonction du reste de votre système mais aussi du genre musical que vous écoutez. Certaines marques sont réputées pour la neutralité de leurs composants, Nagaoka avec la série de MP en fait partie, un détail et une sobriété accrue pour le tarif proposé. D’autres comme goldring & grado rendront plus de vibration et de chaleur dans la scène sonore. Les plus courantes sont aujourd’hui les cellules Ortofon (gamme 2M en MM, Quintet et Cadenza en MC), la gamme 2M est très variée (tarif aussi) et définie comme assez groovy, fonctionne très bien sur les instrumentales jazz et les vocales. La gamme Quintet et Cadenza seront davantage tournées vers une restitution neutre.

 

Voici quelques caractéristiques des cellules :

Séparation des canaux en dB, cette mesure réfère de la barrière entre la voie de droite et celle de gauche plus la valeur est petite, mieux les canaux sont distingués. Audio Technica intègre directement 2 bobine dans certaines de ses cellules afin d’obtenir de meilleurs résultats.

L’impédance en ohm, permet de configurer le système et coordonner la cellule avec le pré-ampli (certains sont réglables tandis que d’autres restent figés sur la configuration d’origine). Chaque circuit a une résistance qui est calculée et donne une valeur d’entrée et de sortie, l’impédance de charge de la cellule (valeur d’entrée du pré-ampli) doit être au moins 10 fois supérieure à l’impédance de sortie de la cellule. Il est donc nécessaire de bien intégrer les données fournies par les fabricants pour obtenir un résultat optimal.

Poids de la cellule, en fonction des bras et des valeurs des contre poids, il faudra sélectionner des cellules correspondantes. Ce choix peut se répercuter sur le poids du bras (par inertie), de plus, certain bras comme les Jelco sont livrés d’origine avec un contre poids plus lourd supplémentaire afin de pouvoir rester libre dans le choix de votre cellule.

Force d’appui (tracking force) est le poids nécessaire sur la cellule afin d’avoir une lecture optimale du vinyle.

Réponse en fréquence (Hz) vous donne la plage sur laquelle la cellule lira et retranscrira les informations.

– La taille du diamant : 1_pointe sphérique ou conique, ce sont les plus simples de fabrication mais aussi celles qui auront le moins de contact avec le sillon et donc le moins d’informations retenues. 2_pointe elliptique, de coupe ovale offre un meilleur résultat sur les aigües. 3_pointe contact, souvent dépendant des marques qui développe leurs propres tailles (line contact / fine line…), il s’agit d’un profil elliptique amélioré qui donnera beaucoup de détails à la lecture. 4_pointe micro linear, cette taille augmente la surface de contact avec le sillon et donc la précision et la quantité d’information, c’est aussi plus complexe en fabrication et donc plus couteux.

La tension nominale de sortie, tout comme l’impédance, cette information doit être coordonnée avec celle de votre pré-ampli, c’est la différence majeur entre les cellule MM et MC.

 

Être conseillé ?

Entreprise: 78904420300014 – Audio Acoustique marque déposée – Copyright © Audio Acoustique 2018